Index des articles

Les articles


Note de lecture du livre de Jean-Christophe Bailly

Reading report of Jean-Christophe Bailly's book

04/01/2012

Résumé

Le Dépaysement de Jean-Christophe Bailly

Texte

Le Dépaysement. Voyages en France
Jean-Christophe Bailly
Paris, Seuil, 2011, 413 p.


S'il existe aujourd'hui une géographie humaniste, elle est à rechercher chez les écrivains et les artistes qui s'intéressent aux portraits du monde habité. Le Dépaysement : titre du dernier ouvrage de Jean-Christophe Bailly (2011) en est un bon exemple. L'écrivain se pose la question de l'identité de la France telle qu'elle apparaît dans un parcours de lieux à ses yeux révélateurs de ce que sont devenus la nation française et son peuple patriote « absent » : la vallée de la Vezère, Ornans, Nîmes, le familistère de Guise, un cimetière juif en Lorraine, le château de Fontainebleau, les frontières de l'Est, etc. Cette géographie décrit des paysages en France à travers des sensations documentées. C'est une géographie des émotions, des impressions et des sentiments, fondée sur les tensions locales entre l'histoire, la mémoire (ou son absence), et ce qui a été vu, visité, aperçu, jugé. Personnelle, elle construit une connaissance subjective qui aspire à être partagée : sans cartes, avec peu de statistiques, seulement avec des mots et leur musique poétique. Elle emprunte au monde littéraire des arpenteurs, à notamment Robert Louis Stevenson et à Walter Benjamin. Elle débouche sur la question de l'étranger, de la pertinence du cadre national étatique : la France des métropoles urbaines, « bariolée », est ouverte au monde, l'autre France est un pays de repli.

Non scientifique, mais néanmoins très documentée, cette connaissance des paysages « vaut-elle » une analyse géographique s'appuyant sur un appareil méthodologique d'enquêtes sociologiques ou ethnologiques normalisées et sur « l'état de l'art » ? Elle n'apporte pas de preuves : la Vézère relie-t-elle vraiment les impressions éprouvées devant les peintures pariétales à ce qui s'est passé là à la période paléolithique ? L'émotion ressentie est-elle une preuve de cette tension entre hier et aujourd'hui ? Dans le village natal d'Arthur Rimbaud comme dans le familistère de Guise ? Si elle ne l'était pas, si les affects ne jouaient aucun rôle pour médiatiser le savoir sensible, si les seuls concepts du monde des idées devaient garantir la véracité des savoirs (ce que prétendent les positivistes), c'est tout un pan de la connaissance qui serait voué à la clandestinité.

Humaine ou humaniste cette géographie ? Je ne sais pas, car elle est hybride entre l'écrire poétique et l'information historique vérifiée. Elle explique autant qu'elle révèle, elle interprète les impressions à la lumière des encyclopédies scientifiques. Elle juge - donc méconnaît - autant qu'elle fait comprendre les raisons de ces évaluations éclairantes. Comme toute connaissance, scientifique ou non, ce savoir, issu des sens et du raisonnement, est subjectif et fiable pour autant qu'il n'est pas dogmatique, et se montre autocritique. Il s'inscrit dans la posture de phénoménologie herméneutique : les paysages et les lieus sont interprétés comme des mondes de signes et de phénomènes qui font sens pour l'observateur, qui en est le traducteur dans son langage propre ; et qui montre ce qui ne se montre pas dans ce qui apparaît (Martin Heidegger).

Cependant, il manque ce que chaque habitant ou autre visiteur de ces lieux auraient pu en dire, et que le scientifique, ethnologue ou sociologue, a pour mission d'entendre. Et qui pourrait beaucoup nuancer les conclusions de l'écrivain. Ce que disent les Portugais de Gentil, les Nordistes du Nord et du Midi, les étudiants de la rue du bout du monde à Lorient, les Algériens de Marseille, etc. Porter la parole des autres (une posture de médiation), ou bien lui substituer - « à partir d'une dictée extérieure des choses rencontrées » (p. 12) - une révélation éclairée de leurs mondes par un observateur perspicace et convaincant ? L'enjeu politique de la « dénationalisation » des paysages en France est peut-être à revisiter à la lumière d'autres voix, d'autres opinions qui indiqueraient leur hypothétique « renationalisation », surtout dans les lieux « bariolés ».

Mots-clés

Paysage, dépaysement, identité, littérature paysagère, France
Landscape, change of scenery, identity, landscape literature, France

Bibliographie


Auteur

Pierre Donadieu

Pierre Donadieu
Agronome et géographe, il est professeur de sciences du
paysage à l'École nationale supérieure du paysage de
Versailles-Marseille.
Courriel : p.donadieu@versailles.ecole-paysage.fr

Pour référencer cet article

Pierre Donadieu
Note de lecture du livre de Jean-Christophe Bailly
publié dans Projets de paysage le 04/01/2012

URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/note_de_lecture_du_livre_de_jean_christophe_bailly