Index des articles

Les articles


Exprimer une histoire commune et une identité

Profession paysagiste

Expressing a common history and an identity

Profession Landscape architect
26/12/2008

Résumé

Dans le cadre du dossier de références remis à une mairie pour présenter ma candidature à la conception du jardin de la médiathèque du canton, le maire avait souhaité que je présente par écrit les fondements de ma pratique. J'insistai alors sur deux éléments essentiels acquis lors de mes études à l École nationale du paysage de Versailles, notamment par l'enseignement de Michel Corajoud : l'attachement au site (identité, topographie...) comme point de départ de la mécanique du projet, et l'inscription du projet de paysage dans le temps. Ce deuxième élément me paraissait d'autant plus important qu'il fallait faire comprendre au maître d'ouvrage que le paysagiste n'était qu'un acteur, donnant une orientation à un moment donné mais qu'en réalité, la vie d'un lieu ne commençait qu'à la fin du chantier.
In the frame of the application presented to a town hall in order to compete for the conception of a library's garden in the canton, the mayor required me to present by writing the fundaments of my practice. I then insisted on two essentials elements learnt during my studies at the Ecole du paysage de Versailles, particularly during the lesson of Michel Corajoud: the attachment to the site (identity, topography) as starting point of the project mechanics and the inscription of the landscape project in the present. This second point constituted for me the most important to be understood by the contractors: the landscaper is only an actor, giving a direction at a given time; in reality, the place starts to live when the building ends.

Texte

Texte écrit à l'occasion de la constitution d'un dossier de références où l'on me demandait de présenter ma démarche pour la conception du jardin de la médiathèque d'Amilly (Loiret) car le maire et son conseiller culturel souhaitaient sélectionner le paysagiste sur sa démarche et ses références habituelles (réalisations, diplômes...).

J'aborde tout projet de jardin et de paysage comme une nouvelle expérience.
Chaque site a sa propre identité : une géographie, un relief particulier, un environnement naturel et architectural,  une  histoire, un contexte social et culturel ; ajoutons à cela les attentes de la société, plus ou moins traduites dans le programme donné aux maîtres d'œuvre.
Transformer, ou créer un nouvel espace c'est inscrire une nouvelle page de l'histoire d'un site. Cette nouvelle « strate » d'histoire s'articule avec des données contextuelles préexistantes tout en introduisant de la nouveauté :  des éléments bâtis, un tracé, une végétation... propres à révéler un déjà-là, comme à constituer un nouvel espace.
Un lieu plus qu'un décor.
Il existe une confusion sur les termes de jardin et de paysage. On réduit souvent le jardin à sa stricte fonction décorative et le paysage à une fonction environnementale. C'est oublier leur dimension culturelle et ce qu'ils représentent pour l'être humain : un monde idéal, protecteur, beau et paisible où se ressourcer... l'expression d'une histoire commune et d'une identité.
Chaque projet est différent.
Dans l'introduction quand j'évoque une « nouvelle aventure », j'insiste sur la spécificité du site d'intervention. Il n'y a pas de recettes à un plan tout fait que l'on appliquerait moyennant légère adaptation - mais des solutions locales : la rencontre d'un site, enrichie de références artistiques et paysagères.
C'est à terme, la garantie de la diversité.
Pour illustrer cette question du rapport site/projet, je donne souvent en exemple des petites études, en milieu rural, qui débouchent sur des projets discrets qui remettent d'abord un peu « d'ordre » dans l'existant. Je pense à ce village des Corbières qui n'avait rien d'extraordinaire là où un lotissement communal était prévu. J'ai pu convaincre le maire lors d'une promenade qu'un fossé, un talus planté de quelques amandiers, un chemin de vigne vers le vieux village et une vue sur le clocher pouvaient complètement réorienter la situation des maisons et par là le futur paysage.
S'il fallait donner une définition de mon métier j'emprunterais au paysagiste Jacques Coulon cette citation : « Un paysagiste c'est quelqu'un qui transforme un projet d'aménagement en projet de paysage... », c'est-à-dire un professionnel qui considère le site sur lequel il intervient dans sa globalité : j'arrive dans un endroit, comment je fais pour mettre en scène cette histoire et faire que mon intervention fabrique de l'histoire à l'avenir. L'idée étant de constituer un patrimoine en devenir, de laisser une mémoire sur laquelle la société pourra s'appuyer...
Au cours de douze années de pratique professionnelle j'ai abordé des échelles d'intervention très diverses - études portant sur plusieurs centaines d'hectares (chartes paysagères) en zone rurale, études dans un cadre urbain, conception de parcs ou de petits jardins, conseils auprès d'élus - des lieux très différents, des cultures différentes aussi (Maroc, Espagne, Seine-et-Marne, Provence, Lorraine...), considérant que je devais pouvoir m'adapter chaque fois à de nouveaux enjeux.
Le paysagiste apporte ses connaissances à un moment donné, en « généraliste » du paysage, il projette ce qui en vérité commence réellement à l'ouverture du chantier avec les pépiniéristes, les entrepreneurs, puis les jardiniers... et surtout l'œuvre du temps.
Entre-temps, il aura fallu faire preuve d'écoute et d'échange.

Ci-dessous quelques photos de réalisations où le site (souvent un bois ou une forêt) a été déterminant dans le dessin du projet.


Réhabilitation des berges d'un étang, ferme Edouard-Maury (centre culturel), Villefavard-en-Limousin (87).


Création d'un belvédère au bout du village, commune de Rancon (87).


Taille d'un labyrinthe, reprise de massif existant en lisière d'un bosquet (Lorraine).


Transformation d'un bois en parc : création d'allées et de clairières, plantation du sous-bois (Bourron-Marlotte, Seine-et-Marne).



Réhabilitation des abords d'un ancien relais de chasse, création d'un jardin autour des bâtiments et réhabilitation des bois (Léchelle, Seine-et-Marne).


Réhabilitation relais de chasse (77), réhabilitation des bois : restauration des allées, nettoyage/replantation, création d'une carrière pour l'entraînement de chevaux.

Mots-clés

Projet, Site, Identité, Lieu, Sol
Project, Site, Identity, place, ground

Bibliographie

Auteur

Michel Audouy

Architecture du paysage.
Architecte-paysagiste (libéral) et enseignant à l'École nationale du paysage de Versailles.
Courriel : michel.audouy@wanadoo.fr

Pour référencer cet article

Michel Audouy
Exprimer une histoire commune et une identité
publié dans Projets de paysage le 26/12/2008

URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/exprimer_une_histoire_commune_et_une_identite